FamilyGeek C'est mon avis Triangle Strategy

Triangle Strategy

Disponible sur Switch

Dévoilé il y a un peu plus d’un an lors du Nintendo direct de février, le nouveau projet de l’équipe d’Octopath Traveler et de Bravely Default II s’était clairement positionner comme un héritier des tactical RPG, tout en reprenant cette même touche HD-2D. Le titre s’était de suite laissé approcher lors d’une 1ère démo qui avait montré tout son potentiel, mais qui avait aussi donné le ton d’une aventure aux intrigues politiques assez sombres. On pourra d’ailleurs regretter que les évènements présentés dans cette version de démonstration aient dévoilé un peu inutilement les évènements décisifs qui viendront chambouler le déroulement de l’histoire, bien que ceux-ci interviennent très rapidement dans le jeu. Quelques semaines avant sa sortie, une autre démo permettait de découvrir les premiers chapitres du jeu et de se rendre compte des améliorations apportées dans l’ergonomie du jeu. Cela a également permis de confirmer que la narration allait être au cœur du jeu qui vous fera vivre de belles heures.

Mettre son grain de sel dans le trône de fer

Votre aventure commence par la découverte du continent de Rosélia partagé entre 3 différentes nations : le duché d’Aesfrost situé au nord dans les montagnes et dont la richesse provient de l’exploitation du fer, le royaume de Glenbrook aux terres fertiles, et les terres sacrées d’Hyzante disposant du monopole d’une ressource rare, le sel. Le monde est encore meurtri par la grande guerre du fer et du sel qui enflamma toutes les régions 30 ans auparavant et c’est dans un climat de paix encore fragile que les 3 nations se retrouvent autour d’un projet commun. Point de départ de l’histoire, on y incarne Serenor Wolfort, l’héritier d’une des 3 familles vassales de la famille royale et l’ami du prince cadet. Avec beaucoup de personnages à intégrer, le jeu vous propose à tout moment lors des dialogues d’accéder à un résumé du personnage, vous permettant d’admirer les très belles illustrations au passage. Et ce ne sera pas du luxe au début du moins, car dans une intrigue très politique où se mêleront coalition, conspiration et trahison, non sans rappeler un certain Game of Thrones, il sera indispensable de rapidement maîtriser tous ces noms, pour, évidemment, comprendre les tenants et aboutissants, mais surtout, pour avoir tous les éléments pour pouvoir prendre des décisions qui influeront sur l’évolution de l’histoire.

C’est mon choix

Cette mécanique de choix fut mise en avant dès la 1ère bande-annonce est un élément central sur lequel l’histoire du jeu repose. Même si un tronc principal vous sera imposé, vos décisions auront un impact sur les personnages que vous pourrez recruter et sur les batailles que vous mènerez, créant ainsi des embranchements différents dans lesquels il y aura parfois des chemins différents. Outre le fait d’impliquer le joueur de manière très efficace et de rendre les personnages attachants, cela apporte un réel intérêt dans la rejouabilité de l’histoire. L’aventure pouvant se terminer de différentes manières, le new game plus sera une étape indispensable pour mieux appréhender toute l’étendue du titre qui est parfaitement taillé pour. Certes, on pourra reprocher à certains pans scénaristiques de s’intégrer à la trame principale de façon un peu maladroites ou abruptes, bien que ce soit très cohérent dans l’ensemble. Dans les faits, les membres principaux de votre équipe seront soumis à un vote lors d’évènements importants. Il vous sera possible de tenter de les convaincre sachant que certaines informations pouvant peser dans la balance devront être découvertes lors des petites séquences d’enquête qui se résumeront à discuter avec tous les PNJ.

Aussi bien sur le plan tactique que technique

À ces phases de narration succèderont les phases de bataille qui prennent la forme de combat tactique en HD-2D de toute beauté, même si parfois les couleurs saturent et que la caméra demande un temps d’adaptation (ou des ajustements dans les réglages). Si c’est assez classique dans les faits, le jeu est exigeant et il faudra régulièrement surveiller l’ordre d’action de vos alliés et des ennemis, indiqué en bas de l’écran et sur chaque personnage. Des codes couleurs sur les cases au sol pour indiquer les endroits sécurisés ou à risque, bien que pratiques, donnent un peu une impression de surcharge à laquelle on s’habitue vite malgré tout. Les unités que vous aurez choisies sont spécialisées dans un domaine (défense, magie, soin…) et il faudra trouver le meilleur équilibre, bien que certaines soient rapidement indispensables, ou déployer celles le plus adaptées à l’environnement ou au type d’ennemis. L’objectif, hormis à de rares occasions, sera de défaire l’armée ennemie ou son général.

La partie RPG se concentre sur l’essentiel avec des évolutions de classes et d’armes moyennant matériaux et or, ainsi que la possibilité d’équiper 2 accessoires. Les actions de vos personnages leur feront gagner des points d’expérience qui les feront monter de niveau. Si celui requis par l’aventure est souvent au-dessus du vôtre, pas de panique, il est possible, en cas de difficultés, de faire des missions annexes librement et vous garderez l’expérience accumulée lorsque vous perdez ou recommencez une bataille. Une mécanique d’atout sera disponible afin de, à tout moment, bénéficier d’un coup de pouce à l’utilité plus ou moins importante en fonction de son coût, la plus chère étant la possibilité de ramener une unité à la vie en cours de combat. Ces derniers sont vraiment agréables avec de jolis effets visuels, d’autant plus qu’ils sont accompagnés de thèmes musicaux allant du très bon à l’excellent, sachant qu’il est possible d’accélérer les actions et les déplacements.

Résumé :

Avec ce Triangle Strategy, Square Enix continue de refaire vivre l’âge d’or du RPG en proposant un digne successeur dans le domaine des jeux de tactique. Contrairement à un Fire Emblem qui s’épanche de plus en plus sur la vie en dehors des champs de bataille, celui-ci se focalise sur l’essentiel de manière efficace avec en prime une histoire qui vous tiendra en haleine aussi bien lors de votre première partie que dans le new game plus et dans laquelle vous vous sentirez impliqué. Comme ce fut le cas avec Octopath Traveler, le tout s’accompagne d’une direction artistique soignée et d’arrangements musicaux de grande qualité, alternant parfaitement le côté épique et émouvant, qu’il ne sera pas rare de siffloter en repensant au jeu.

BienPas bien
Un tactique RPG à l’ancienneUne caméra pas évidente à dompter
Une jolie patte artistiqueDes cartes parfois trop chargées
Des compositions magistralesDes missions qui manquent un peu de variété
Une histoire prenante aux multipes facettes
Des personnages réussis
Un réel intérêt à refaire le jeu
Une difficulté justement dosée

Un petit mot ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

C’est dans la même catégorie