FamilyGeek C'est mon avis Slay the Spire

Slay the Spire

Dipsonible sur PC, PS4 et Switch

Après un accès anticipé d’un peu plus d’un an, la version finale de Slay the Spire, issu du studio indé Mega Crit Games, sortait début début 2019, avant de sortir sur Switch à la mi-année. Pour sortir de la masse des roguelite, les développeurs ont décidé d’y intégrer une mécanique de jeux de cartes et de construction de decks. Contrairement à d’autres titres du genre, il faudra faire jouer vos capacités intellectuelles plutôt que votre dextérité à la manette. En revanche ici aussi, chaque erreur se payera très cher, d’autant que le jeu a une notion un peu particulière du hasard.

Va voir en haut de la tour si j’y suis

Sans aucune précision du contexte ni aucun effort pour créer un univers, vous serez très vite lancé dans votre 1ère partie à l’assaut d’une tour dont il vous faudra gravir les étages, découpés en 3 actes. Si le soldat de fer sera votre seul choix au départ, votre progression débloquera d’autres personnages : la silencieuse, le défectueux et la gardienne ajoutée début 2020, avec pour chacun une petite phrase d’introduction et un design plutôt joli. Quelque soit votre choix, vous commencerez avec 10 cartes dans votre deck et il faudra décider de votre route parmi les différents chemins proposés qui pourront s’entrecouper au fur et à mesure des étages, ce qui vous obligera à faire régulièrement des choix. En effet, chaque étage vous proposera une salle qui pourra être un combat dont l’issue favorable vous permettra de récupérer une carte et de l’or, un évènement aléatoire, un ennemi redoutable qui, une fois battu, vous apportera une relique, un marchant pour acheter cartes et reliques, une salle au coffre contenant potions et reliques, ou enfin un feux de camp afin de récupérer des points de vie ou améliorer une carte. En battant le boss de la fin de l’acte, vous récupérerez votre santé, une relique et une carte rare.

Reluque ma relique

C’est là que réside une certaine partie de l’intérêt et du plaisir de jeu car cela vous obligera à trouver le bon compromis entre prise de risque et sécurité, récupération de vie ou augmentation de la force de frappe. Les reliques seront le véritable nerf de la guerre car ces dernières vous fourniront des capacités passives qui faciliteront vos avancées, les plus puisssantes ayant souvent une contrepartie. Une fois votre 1ère mort éprouvée, ce qui arrivera forcément, le jeu vous proposera alors de choisir un petit coup de pouce pour la prochaine ascension : commencer avec plus de points de vie, obtenir une carte rare ou une relique par exemple, sachant qu’il y aura 4 choix au maximum. On se surprend à enchaîner les parties qui seront plus ou moins longues en fonction de vos découvertes et expérimentations. Quoi qu’il en soit, il faudra toujours persévérer, même lorsque cela paraît mal engager, car d’une, le jeu aura tendance à être plus clément quand vous êtes en difficulté, et de deux, abandonner une partie en cours sera sanctionner par une limitation de vos choix pour votre prochaine partie. Dans tous les cas, en plus de la récupération de ces précieux atouts, il ne faudra pas négliger la construction de vos decks.

Des combats à la carte

Vous commencerez chaque rencontre avec 5 cartes en main, et en fonction des actions de l’ennemi, vous pourrez jouer autant de cartes que vous permettent vos 3 points d’action initiaux, celles non jouées étant défaussées à la fin du tour. Si le système est totalement abordable et reste assez simple pour le guerrier, basé sur l’attaque et la défense, les autres personnages auront droit à d’autres cartes et à d’autres mécaniques, bien que des certaines dites incolores pourront être jouer par tous. C’est donc en fonction des cartes récupérées après les combats ou dans les magasins qu’il faudra composer un jeu capable de défaire les ennemis du jeu, en nombre assez limité afin de pouvoir retenir assez facilement leur comportement puisqu’une relique pourra par exemple vous apporter un point d’action en abandonnant la possibilité de voir l’intention des ennemis (à déconseiller, notamment à cause des boss). Il existe de multiples possibilités de synergie entre les cartes, et voir son jeu fonctionner à merveille est gratifiant. Les cartes disposent aussi d’un second niveau d’amélioration qu’il sera possible d’effectuer au feu de camp (donc sans se reposer), lors d’évènements aléatoires ou grâce à certaines reliques, on y revient. Enfin, il sera possible d’utiliser des potions à usage unique lors des combats, bien pratiques lorsque le jeu ne vous aide pas.

Un drôle de hasard

En intégrant un jeu de cartes, des évènements et récompenses aléatoires, le titre expose le joueur à subir le bon vouloir de la chance qu’il semble parfois vouloir faire pencher d’un côté ou de l’autre. Il arrivera souvent lors d’un excellent début de partie que votre jeu sorte de la pire des façons, sans aucune carte d’attaque lorsque l’ennemi est passif, et aucune de défense lorsqu’il vous agresse, pouvant ainsi mettre fin à vos espoirs très vite. Et si l’idée de relancer le combat vous venait à l’esprit, cela s’avèrerait vain car votre main de départ sera la même, soit, mais vos prochaines pioches le seront tout autant, quelle que soit la façon dont vous vous y prendrez. Si le jeu a décidé que vous alliez perdre, il faudra s’y résoudre et faire le dos rond. Il faut aussi préciser que l’obtention de certaines cartes ou reliques en particulier rendent l’avancée beaucoup plus simple, et que pour parvenir à battre le boss final d’une difficulté très relevée, il faudra bien choisir votre partie. Ces aléas parfois injuste, la répétition des combats et un thème musical peu varié donnent un côté frustrant au titre pourtant plaisant. Une fois l’ultime boss vaincu, il sera possible de refaire le jeu en ajoutant plusieurs niveaux de difficulté pour chaque personnage (jusqu’à 15), mais honnêtement, rien ne vous y poussera, hormis la recherche de toujours plus de challenge.

Résumé :

Slaye the Spire est un jeu déroutant sur lequel vous pourrez passer des heures sans vous en rendre compte mais aussi sans trop savoir pourquoi. Certes, son système de jeu de cartes et de choix dans votre parcours est bien ficelé, mais l’absence d’univers et d’histoire aura du mal à vous faire revenir sur le jeu une fois terminé, d’autant qu’il n’y aura rien à y gagner, hormis peut-être de la fierté.

BienPas bien
Prenant et AddictifNi contexte, ni histoire
Peut-être grisant……comme il peut être frustrant
Le combo relique/cartes qui marche très bienUn sens de l’aléatoire discutable
Une jolie DA RIen qui ne pousse à continuer après le boss final

Un petit mot ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

C’est dans la même catégorie