FamilyGeek C'est mon avis Voice of Cards : The Isle Dragon Roars

Voice of Cards : The Isle Dragon Roars

Disponible sur PC, PS4 et Switch

Un peu plus d’un mois après son annonce lors du Nintendo direct de septembre, le dernier jeu du Trio Taro-Saito-Okabe à qui on doit la série NieR est déjà disponible. Voice of Cards : The Isle of Dragon Roar s’était même laissé approcher le temps d’une petite démo, laissant entrevoir son concept original, son esthétique et ses musiques soignés, mais aussi quelques interrogations sur les limites du titre, notamment dans son gameplay. Après un peu plus d’une dizaine d’heures de jeu, autant jouer carte sur table : sur la forme, le jeu mérite clairement le détour, mais sur le fond, c’est trop limité pour susciter un réel intérêt ou un vrai plaisir de jeu.

Le nouveau jeu de Taro servi sur un plateau

Le trailer d’annonce et la démo avait tout de suite mis les choses au clair : Voice of Cards est un RPG dont l’originalité réside dans l’aspect qu’il revêt, à savoir une histoire racontée par une voix-off et illustée par des cartes posés sur un plateau de jeu, non sans rappeler un jeu de société. En conséquence, le personnage que vous dirigerez sera représenté par un pion qu’il faudra déplacer de case en case, de carte en carte pour être plus précis. Fait assez surprenant, l’histoire débute (à priori) là où la version d’essai s’arrêtait, alors que la reine du royaume promet une prime à qui tuera le dragon qui menace vos terres. Même si le rendu peut paraître minimaliste, c’est aussi ce qui lui permet de sortir des traditionnels carcans du RPG et de lui offrir une singularité, sans pour autant s’affranchir de certains codes, voir de certains clichés, comme pour les personnalités des personnages principaux. Cependant, le tout parvient à créer un univers crédible et attachant dont la narration pleine d’humour n’est pas non plus dépourvue d’une certaine profondeur. D’une durée correcte, l’aventure souffre du manque d’à côté, et même si vous pourrez refaire le jeu pour découvrir une nouvelle fin parmi les 4 disponibles, cela n’offrira aucun nouveau point de vue comme dans un Nier Automata, et cela n’aura que peu d’intérêt si vous avez obtenu directement la meilleure des fins, ce qui ne sera pas bien difficile.

Un jeu avec des atouts artistiques

L’autre point qui retient tout de suite l’attention, ce sont les pattes graphique et sonore du jeu, véritablement très soignées. Les représentations des personnages et des monstres affichés sur les cartes sont très soignées et bénéficient de petites animations lors des saynètes et des combats. S’il n’y a rien à dire sur leur qualité, il n’en va pas de même de leur quantité. Bien que le nombre de personnages principaux ou annexes soient en nombre suffisant, il est dommage de voir apparaître des PNJ identiques dans chaque village, et de réaliser très vite que le bestiaire sera composé de seulement quelques créatures aux variations plus ou moins marquées, un classique dans ce genre de jeu. Toutes ces jolies illustrations pourront néanmoins être admirées dans les menus via votre collection, ponctuées de descriptions, là aussi pleines d’humour. Malheureusement, on retrouvera le même manque de variété pour les excellents thèmes musicaux, en nombre trop restreint, avec une surutilisation du thème principal parfois de manière inappropriée. Ce manque de diversité touche donc tous les compartiments du jeu et accentue l’aspect répétitif inhérent au RPG, vraiment pas aidé par une fréquence de combats aléatoires trop appuyée. Et ce n’est pas la profondeur de jeu qui va soulager ce sentiment, bien au contraire.

Un système de jeu qui n’a pas voix au chapitre

Étant donné le caractère répétitif des combats inhérents au RPG afin de récolter assez d’expérience pour faire évoluer les personnages, le système de combat se doit d’être suffisamment intéressant et motivant pour toujours donner envie d’aller de l’avant. Que les nostalgiques de l’excellent Baten Kaitos calment leur ardeur immédiatement, aucune construction de deck ni de combinaison de cartes ne seront possibles car l’aspect jeu de cartes cache finalement un système de jeu classique et des plus simplistes. Seule la mécanique de pierre fournie à chaque tour et nécessaire à l’utilisation de technique rappelle le principe de mana, tout autant que celui de simple point d’action d’ailleurs. Il faudra alors se contenter de faiblesse élémentaire et d’altérations d’états, en d’autres termes, de la base. Et ce n’est pas lors de la montée en niveau que cela viendra s’enrichir puisque il vous sera simplement demandé de choisir 4 des techniques de combat que vos personnages apprennent au fur et à mesure (les capacités passives sont toutes activées), ainsi que leurs 3 équipements (arme, armure et accessoires), et puis c’est tout. Alors il y a bien un jeu de cartes dans le jeu, qui fera office de mini-jeu et qui est plutôt intéressant, avec des règles évolutives mais étant donné la quasi absence de récompenses qui se résument à des options limitées de personnalisation des cartes, de votre pion et de la table (le choix des DLC à été préféré pour de plus amples possibilités), rien de vous incitera à y retourner.

Résumé :

Comme son trailer le laissait voir et entendre, les créateurs de Voice of Cards se sont fait plaisir sur la partie artistique, et ont soigné une écriture somme toute classique mais parsemée d’humour, apportant indéniablement une âme au jeu. En revanche, il est dommage qu’ils ne se soient pas un peu plus penchés sur le cœur du jeu, le tout manque cruellement de variété, renforçant un aspect redondant qui se retrouve accentué par des systèmes de jeu et de combat beaucoup trop limités. Un petit RPG agréable mais loin d’être inoubliable.

BienPas bien
Un RPG qui se distingue du lotUn système de jeu trop simple et très limité
Les illustrations et animations des cartesDes combats peu intéressants
De belles compositions musicalesL’aspect jeu de cartes à son minimum
Les traits d’humour malgré un ton sérieux Le manque de variété à tous niveaux
Une histoire plaisante à suivre bien narrée Le new game plus sans nouveau point de vue

Un petit mot ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

C’est dans la même catégorie