FamilyGeek C'est mon avis New Pokémon Snap

New Pokémon Snap

Disponible sur Switch

À l’époque où sortait Pokémon Snap sur N64, une seule génération de ces célèbres créatures existait et parmi les 151 Pokémon qui la composaient, le jeu vous proposait de prendre en photo les 63 monstres de poche qui avaient été choisis. 7 générations plus tard et quelques 800 noms au tableau en plus, le jeu de safari photo revient dans une nouvelle mouture, plus belle, plus riche et toujours aussi plaisante. À vos appareils… Prêts ? Photographiez !

Dites Ouistempo !

Balayé l’emballage scénaristique, qui a le mérite d’être là, vous mettant dans la peau d’un jeune photographe à qui on confie l’enquête sur le phénomène des Pokémon luminescents, vous embarquerez très vite à bord du véhicule/capsule au tracé prédéfini, le Neo One, à bord duquel vous pourrez vous concentrer sur votre objectif : photographier tous les Pokémons présents dans l’environnement. Bien évidemment, toutes ces bêbêtes feront leur petite vie et pourront interagir entre elles, ce sera donc à vous de trouver le bon moment pour prendre le meilleur cliché. À la fin de chaque exploration, vous pourrez présenter une seule photo par image de créature que vous avez attrapée dans votre objectif. Lorsque plusieurs Pokémon sont présents, il faudra bien vous assurer que le nom de celui convoité apparaisse dans le viseur, sans quoi votre cliché ne pourra être attribué au dit Pokémon, ce qui pourra s’avérer ennuyeux et rageant à l’occasion alors que le jeu est vraiment fait pour se détendre. En tout cas, c’est coloré et mignon, mais comme souvent sur Switch, un peu aliasé. Très rapidement, le titre vous apportera différents moyens d’intéragir avec les Pokémon afin de favoriser des réactions, ce qui sera une mécanique essentielle dans l’obtention des points.

L’étoile montante de la photo

Une fois l’exploration terminée, vos photos seront soumises à l’œil expert du professeur Miroir en utilisant le même système d’évaluation que celui de l’opus 64 dans lequel un nombre de points plus ou moins importants vous sera attribué en fonction de la réussite dans 6 critères : la pose, la taille, l’angle de vue, le cadrage, la présence d’autres Pokémon et l’arrière plan. Ces points vous permettront d’obtenir un rang bronze, argent, or ou diamant, ce dernier étant obtenu en dépassant les 4000 points. Mais la nouveauté de cet épisode Switch vient de la hierarchisation des photos via un sytème d’étoiles, allant de une à quatre, représentant la rareté ou l’originalité du cliché. Il faudra donc aller chercher le meilleur score pour chacune des 4 étoiles, même si ce sera parfois au détriment de la beauté. En revanche, cela diversifie les expéditions et multiplie les possibilités ajoutant au caractère forcément répétitif du jeu un réel intérêt et une motivation supplémentaire, pour peu qu’on aime le scoring. S’il est parfois difficile, voir très retors de créer les circonstances propices, des missions vous aiguilleront quant à la marche à suivre pour obtenir les clichés les plus rares. En revanche, bien que vous ayez compris la façon de faire, le jeu aura une fâcheuse tendance à être très tatillon quand il s’agit de valider les quêtes, ce qui là aussi peut être irritant. En tout cas, il y a de quoi faire avec plus de 200 Pokémons.

La théorie de l’évolution

Une fois l’évaluation terminée, place à l’évolution car votre prestation lors des expéditions de chaque zone sera récompensée par un gain d’expérience qui, une fois suffisante, fera passer votre niveau d’exploration de la zone au rang supérieur, dans laquelle des changements s’opèreront, que ce soit dans la disposition, la variété ou les comportements des Pokémon. Les environnements principaux de jour auront 3 niveaux, leur variation de nuit 2, tout comme les niveaux spécifiques mettant en scène les fameux Pokémon luminescents. Bénéficiant déjà d’une variété appréciable grâce aux différents biomes à des heures différentes, le sentiment de répétitivité sera là encore atténué. Il est alors d’autant plus regrettable que le jeu n’offre pas la possibilité de changer de zone ou de niveau avant de relancer une expédition, vous obligeant un retour au menu principal accompagné de son redondant temps de chargement pas vraiment justifié. Par ailleurs, chaque parcours propose, à certains moments, différents embranchement clairement identifiables pour la plupart, car pour d’autres, cela résultera d’actions successives particulières qu’il peut arriver de découvrir par hasard et, pire, d’être incapable de reproduire. Quoi qu’il en soit, il sera préférable de ne pas vouloir tout faire à la fois et de se focaliser sur quelques objectifs.

Pokémon Snapchat

Votre progression dans le jeu dévérouillera régulièrement différents succès ainsi que des élements succints de personnalisation de votre carte de photographe. Car oui, le jeu offre une fonctionnalité en ligne. Nécessité de l’époque ou fonctionnalité permettant de justifier l’abonnement payant, il sera possible de partager vos meilleurs clichés ou ceux que vous avez enregistrés. Étant donné que le comportement des pokémons est scripté, le rique de voir des photos identiques et prendre le risque de gâcher la découverte a été très bien évité grâce à, d’une part, un cache vous informant des éléments que vous n’avez pas encore rencontrés durant votre progression, mais c’est surtout avec son système de retouche que cette possibilité prend tout son sens. Les plus créatifs pourront s’amuser avec des outils qui s’étoffent en accomplissant certaines missions (filtre, tampons, cadres), même s’ils restent assez limités. Vous pourrez enfin attribuer -et donc recevoir- des médailles pommes, signe que vous avez apprécié le travail des autres photographes dont le classement sera actualisé. Dans ces menus, là aussi marqués par des temps de chargement, vous retrouverez évidemment votre photodex et les détails des parcours, histoire de mieux préparer vos prochaines expéditions.

Résumé :

Enfantin sur la forme, ce New Pokémon Snap a aussi des mécaniques de jeu et de scoring qui permettront de satisfaire les petits comme les grands et qui en ont fait un très bon jeu à faire en famille ou entre amis. Ses fonctionnalités en ligne pourtant simplistes sont efficaces et poussent à la créativité. C’est un titre vraiment agréable, clairement orienté vers l’amusement et la détente bien que certains éléments de jeu puissent rendre l’expérience un peu frustrante, en particulier pour les complétistes et les amateurs de high score, qui auront cependant de quoi faire avec un contenu qui pourra s’adapter à tout type de joueurs. Pour les férus de la licence, le plaisir n’en sera que plus grand, tandis que les autres pourront parfaire leur connaissance en matière de Pokémon d’une façon ludique et dans la bonne humeur.

BienPas bien
Plaisant et relaxantDes irritants de jeu qui peuvent frustrer
Le système de scoring motivant et addictifNavigation dans les menus mal optimisée
Variété des environnements évolutifsDes éléments tirés par les cheveux
Une belle sélection de PokémonsSans doute court en ligne droite
Les retouches et partages en ligne
Belle durée de vie pour les amateurs

Laisser un petit mot

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles dans la même catégorie

The WitnessThe Witness

Jonathan Blow, le créateur de Braid, est derrière The Witness ; un jeu de réflexion et d’aventure développé et publié par Thekla, Inc. Cette nouvelle œuvre du Game designer américain date [...]