FamilyGeek C'est donc ça Le(s) grand(s) nom(s) du RPG

Le(s) grand(s) nom(s) du RPG

Quand on évoque les grandes séries de RPG japonais, 2 noms viennent tout de suite en tête : Dragon Quest et Final Fantasy. Si ces deux monuments du jeu vidéo sont aujourd’hui issus de la même crèmerie, ce n’a pas été toujours le cas, bien au contraire, car les 2 franchises étaient des concurrents directs durant des années avec d’une part Enix, spécialisé à l’origine dans l’édition, et Square, développeur de jeux vidéos d’autre part.

C’est Enix fut la 1ère entreprise a donné sa chance au jeu de rôle sur console en lançant en mai 1986, ce qui adviendra par la suite un phénomène de société : Dragon Quest.

De l’autre côté, après quelques tentatives infructueuses, c’est l’énorme succès de la dernière chance, Final Fantasy, qui sauvera Square du marasme financier et qui lui permettra de perdurer.

Même si Enix avait trouvé sa poule aux œufs d’or, elle a aussi donné leur chance à des titres comme Star Ocean et Actraiser. Square, de son côté, ouvre rapidement une filiale aux États-Unis, Squaresoft, lui assurant la localisation et le suivi de ses jeux et lance de nombreuses autres licences telles que SaGa, Seiken Densetsu ou Kingdom Hearts. les épisodes de chaque série vont alors se multiplier sur les différentes machines à un rythme soutenu, mais avec une philosophie différentes dans les systèmes de jeu, très conservatrice pour DQ, et plutôt innovante pour FF. Cette volonté se traduit aussi par le fait que Enix se concentre sur l’édition de jeux vidéos alors que Square, tente beaucoup de choses différentes dans le jeu vidéo, mais aussi dans le cinéma, avec le très coûteux Final Fantasy : Les créatures des esprits, dont l’échec aura sans doute précipiter ce qui restera un des plus gros évènements de l’industrie.

Car en effet, les deux sociétés fusionnent en 2003 pour ne former qu’une seule et même entité : c’est la naissance de Square-Enix. Pourtant rivales, les 2 entreprises sont en réalité totalement complémentaires, l’une spécialisée dans l’édition et le marché japonais, l’autre dans le développement avec une forte présence à l’internationale, si bien que ce géant du jeu vidéo japonais développe aujourd’hui ses propres jeux comme il édite certaines grosses licences, à l’image des derniers Tomb Raider.


Laisser un petit mot

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles dans la même catégorie