FamilyGeek C'est mon avis Super Mario 3D World + Bowser’s Fury

Super Mario 3D World + Bowser’s Fury

Disponible sur Switch

La Wii U ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir, étant donné que ses 10 jeux les plus vendus sont désormais sur Switch sous la forme d’un portage ou d’une nouvelle itération, excepté Nintendo Land, jeu démo de la console, et Wind Waker HD (mais qui ne devrait pas tarder à l’être), sans compter que d’autres jeux marquants ont aussi profité du succès de la dernière de Nintendo pour revenir gonfler son catalogue à moindre frais, Pikmin 3 en tête. Super Mario 3D World était la 2ème plus grosse vente, et cela n’a donc surpris personne lorsque son portage vu officialisé au terme du direct dédié aux 35 ans du plombier. Mais Nintendo a plus d’un tout dans son tuyau, et la bande-annonce se terminait sur un intrigant titre révélateur d’un contenu original, Bowser’s Fury, dont on a pu découvrir le concept un petit mois avant sa sortie. Plutôt séduisant, on attentait de voir si ce Super Mario 3D World + Bowser’s Fury avait suffisamment à proposer pour que les près de 6 millions de joueurs Wii U se laissent retenter.

Un portage et du partage

Autant évacuer l’évidence tout de suite : le jeu est une véritable aubaine pour ceux ayant ignoré la précédente machine de Nintendo ou les nouveaux arrivés. Adapté de Super Mario 3D Land sur 3DS, Super Mario 3D World était un savant mélange entre les formule 2D et 3D, accessible mais exigeant, dans lequel chaque niveau, assez court, proposait une idée de gameplay différent. Comme dans les épisodes classiques, pas de place centrale dans laquelle évoluer entre les différents mondes mais simplement une carte sur laquelle on se déplace de point en point. Tant pis pour les amateurs d’exploration qui aiment parcourir de grands univers, ce Mario se concentre sur ce qui a fait la série : la plateforme. Il est d’ailleurs à noter que ce portage est bien plus rapide que l’original, mais bon, encore faut-il y avoir joué pour s’en rendre compte.

Devenu un élément indissociable de la série depuis l’épisode Nintendo 64, il faudra ramasser des étoiles, vertes en l’occurrence, permettant de débloquer certains niveaux clés de l’aventure. Au nombre de 3 par tableau, elles pousseront le collectionneur à partir à leur recherche, quitte à refaire le niveau, d’autant qu’il y aura aussi un tampon à trouver. Élément complètement anecdotique lié au Miverse, le « forum » de discussion de la Wii U, il trouvera une bien meilleure utilité grâce à l’introduction d’un mode photo. Vous pourrez en effet mettre en pause le jeu à tout moment pour essayer de réaliser un montage grâce à vos tampons durement acquis.

Le dernier élément qui caractérise ce Mario est la possibilité de parcourir l’aventure jusqu’à 4 joueurs en local mais aussi en ligne sur cette version Switch, à condition d’avoir de bonnes conditions de connexion. À l’instar de Super Mario 2, il sera possible à chaque joueur de choisir entre Mario, Luigi, Peach ou Toad en fonction de leurs caractéristiques pour terminer ensemble le niveau, ce qui pourra s’avérer compliqué vu que la caméra se focalise sur un seul personnage, et que chaque personnage sortant du cadre sera ramené au centre de l’écran, vite agaçant. À la fin de chaque niveau, les joueurs sont récompensés par un nombre de points en fonction de leurs actions, ce qui apporte un côté compétitif complètement inutile et finalement peu adapté. 

Quand le chat n’est pas là, la furie danse

Les nouveautés de ce portage n’ont pas de quoi fouetter un chat, et selon que vous ayez déjà fait le jeu ou que vous ayez quelqu’un avec qui le faire, vous n’y trouverez clairement pas le même intérêt. Il est donc fort probable que vous fonciez vers la partie droite de l’écran titre et lanciez Bowser’s fury sans plus attendre. C’est une façon de parler, car si le jeu s’ouvre directement sur l’introduction du jeu la 1ère fois, il faudra compter plus de 50 secondes lors de vos prochaines parties. Même si la zone de jeu proposée est ouverte, à la manière d’un Mario Odyssey, on ne pas dire qu’elle soit de taille et de nature à justifier un tel temps de chargement. D’une manière générale, le titre n’est pas techniquement irréprochable et souffre d’aliasing, de chute de framerate, et de temps de chargement abusifs, mais qui heureusement n’empiète pas sur le plaisir.

Si vous avez aimé Odyssey, vous aurez tout simplement l’impression d’avoir atterri sur l’archipel des chats où tous les personnages, arbres et buissons possèdent des oreilles de matou inspirées du costume introduit dans 3D World. Dans cet environnement, il faudra alors récupérer des astres félins afin de repousser temporairement un bowser titanesque en furie et débloquer une cloche géante vous permettant de faire face -géant à géant- au roi des koopas afin de le renvoyer au panier et accéder à une nouvelle zone. Pour ce faire, on vous demanderait d’accomplir certaines tâches dans la pure tradition Mario : ramassage de pièces, contre la montre, combat de boss… Du classique mais efficace, bien qu’on puisse peut-être regretter un léger manque de variété. Par contre, un partenaire pourra vous donner un coup de pinceau en incarnant Bowser Junior qui a sollicité votre aide pour aider son « pôpa ».

Mais ce Bowser’s Fury propose également une nouvelle mécanique, qui pourrait donner des idées pour le futur de la série. Le jeu vous proposera en effet de stocker 5 items prédéterminés (clochette/clochette doré, champignon, fleur, et feuille) qu’il sera possible de cumuler, jusqu’à 5 exemplaires de chaque, et que vous pourrez utiliser quand bon vous semble. Malin, cela laisse entrevoir tout ce que pourrait apporter ce système dans un monde plus grand, un peu comme si tout le savoir au niveau gameplay et level design acquis au fil des épisodes de Mario venait à rencontrer un open world à la Breath of the Wild. Cela pourrait être d’autant plus intéressant que le Bowser présenté apporte un aspect plus sombre à ce qui s’apparente finalement plus à un DLC qu’à un jeu à part entière comme Nintendo aime à le faire savoir, puisqu’il ne faudra guère plus de 3h pour en voir le bout, peut-être 5 pour atteindre le 100%.

Résumé :

Comme c’est forcément le cas avec n’importe quel portage, l’intérêt que représentera le jeu dépendra de l’histoire que vous avez avec, passée ou présente. Il est clair que si vous aviez déjà parcouru le jeu de fond en comble et que vous n’avez personne avec qui le refaire, ce n’est pas Bowser’s Fury qui, malgré ses grandes qualités et ses petits défauts, pourra justifier à nouveau l’achat. Le cas échéant, il ne vous restera alors qu’à espérer que Nintendo décide un jour de sortir ce contenu exclusif séparément, car il serait dommage de passer à côté.

BienPas bien
Un bon Mario Un jeu Wii U tiré d’un jeu 3DS
Un Mario à partagerL’aspect compétitif raté et inutile
Le concept Bowser’s FuryLa technique de Bowser’s Fury
Le monde de Bowser’s FuryLa durée de vie de Bowser’s Fury

Laisser un petit mot

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles dans la même catégorie

Okami HDOkami HD

On a beau râler, il y a certains jeux dont les portages, les remasterisations et les remake sont une aubaine car ils permettent au plus grand nombre, à un public [...]